Sorties Ciné, Fiches de film, Bandes annonces...
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 [Caméo]Réalisateurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Helena Bonham
Réalisatrice
avatar

Messages : 496
Date d'inscription : 24/10/2010
Age : 38

MessageSujet: [Caméo]Réalisateurs   Ven 29 Oct - 21:24

Un caméo (francisation du terme anglophone cameo appearance, apparu en 1851 dans le monde du théâtre) est l'apparition fugace dans un récit d'un acteur, d'une actrice, du réalisateur ou d'une personnalité.

Le caméo est avant tout un clin d'œil. Il est bref et souvent anecdotique, car il n'influe généralement pas sur le cours de l'histoire. Il peut être ouvertement montré, ou bien décelable par les seuls spectateurs avertis.

Le caméo au cinéma se démarque de la « participation exceptionnelle » à l'affiche des films français, qui relève du rôle parlant, ce qui n'est pas nécessairement le cas pour un caméo. Il diffère également de la notion de « guest star » qui consiste à faire participer une personne connue dans un ou plusieurs épisodes d'une série télévisée.


Extension du sens :
 

* Pedro Almodóvar apparaît parmi la foule de veuves qui astiquent les tombes dans le travelling introductif de Volver.

* Lisa Azuelos apparaît comme la psychologue d'Anne dans son film LOL

* Michael Bay parmi les techniciens optiques lors de la capture en image de l'astéroïde dans Armageddon.

* Yves Boisset apparaît dans Espion, lève-toi en tant qu'adjoint de Bruno Cremer.

* Gérard Blain apparaît dans le rôle d'un passant qui demande du feu au jeune Paul, acteur principal du film autobiographique Un enfant dans la foule.

* Philippe de Broca apparaît dans Le Magnifique, qu'il a réalisé en 1975, dans la peau de l'homme dans la cabine de téléphone.

* Chris Columbus apparaît en tant que client au Plazza Hôtel dans Maman j'ai encore raté l'avion... Il est reconnaissable avec une fille, qui n'est autre que sa vraie fille, sur ses épaules.

* Charlie Chaplin, acteur principal de toutes ses précédentes réalisations, apparaît quelques secondes comme simple livreur dans L'Opinion publique qu'il réalise en 1923, film dramatique où le personnage de Charlot n'est pas présent. Il apparaitra ensuite en 1967 dans le dernier film qu'il a réalisé, la Comtesse de Hong-Kong, en tant que steward sujet au mal de mer.

* Dominique Farrugia apparaît comme directeur d'un funérarium dans Trafic d'influence qu'il réalisa en 1999.

* Jean Girault apparaît dans quelques-uns de ses films : boursier dans Pouic-Pouic, vendeur dans Le Gendarme de Saint-Tropez ou encore vacancier dans Les Charlots font l'Espagne.

* Jean-Luc Godard fait de brèves apparitions dans quelques-uns de ses films comme À bout de souffle (un indicateur), Le Petit Soldat (un homme dans une gare), Le Mépris (1963, un assistant réalisateur).


* Peter Jackson est un habitué des caméos : dans Créatures célestes, c'est un poivrot à la sortie d'un cinéma ; dans Fantômes contre fantômes, un homme plein de piercings ; dans chacune des parties du Seigneur des anneaux, il fait des apparitions (ainsi parmi les pirates des corsaires d'Umbar dans la version longue du Retour du roi), de même que ses deux enfants, la plupart des membres importants de son équipe, ou encore un petit-fils de J.R.R. Tolkien.

* Cédric Klapisch est coutumier des brèves apparitions dans ses films, notamment dans L'Auberge espagnole où il apparaît en rêve, déguisé en Erasme, à Xavier; dans Les Poupées Russes (2005), où il vient frapper à la porte des toilettes dans l'Eurostar, alors que Xavier (Romain Duris) y est occupé à écrire sur son ordinateur. Dans Un air de famille (1996), il interprète le père des personnages principaux lors de scènes de flash-back non dialoguées. Il apparaît également dans Paris.


* Serge Korber apparaît dans Un idiot à Paris en tant que serveur, puis en tant que ministre ayant des difficultés à couper le ruban dans Sur un arbre perché.

* Jan Kounen, apparait dans son film Dobermann comme client dans l'entrée de la banque avant que la bande du Dobermann n'y envoie une roquette. Il tient aussi le rôle de Billy, fils du shériff, dans le film Blueberry, et un malade mental dans .

* Gérard Krawczyk apparaît dans deux film qu'il a réalisé : Taxi 3, où il joue un policier, et La vie est à nous ! en tant que client du bar. Il apparaît également dans le film Cliente réalisé par Josiane Balasko.

* Stanley Kubrick fait une brève apparition de dos dans son film Orange Mécanique, au moment où Alex se rend chez le disquaire.

* Philippe Labro apparaît quelques secondes en journaliste dans L'Héritier.

* John Landis poussa plus loin le concept du caméo en créant des caméos récurrents et dont les apparitions respectent une certaine logique. En effet, chacun de ses films reprend au moins un personnage de ses films précédents. Ainsi, le singe de Schlock apparait dans Un fauteuil pour deux, les patrons de Louis dans Un fauteuil pour deux apparaissent dans Un prince à New York, et ainsi de suite.

* Georges Lautner apparaît dans Attention ! Une femme peut en cacher une autre en 1983, en tant que médecin qui examine Eddy Mitchell. Bien avant John Landis, Georges Lautner dans Les Tontons flingueurs fait se croiser Lino Ventura et Paul Meurisse avec qui il venait de réaliser la série du Monocle.

* George Lucas est visible avec sa fille Katie dans la galerie de l'opéra de Coruscant dans La Revanche des Sith. Il fait également une apparition dans Le Flic de Beverly Hills 3 comme touriste dans le parc d'attraction où se déroule l'action.

* Édouard Molinaro apparaît comme barman dans L'Emmerdeur, vendeur de journaux dans Pour 100 briques t'as plus rien... et l'homme qui entre dans l'ascenseur dans À gauche en sortant de l'ascenseur.

* Hervé Palud joue le rôle de l'homme avec les écouteurs et la casquette rouge dans Un indien dans la ville.

* Jean-Marie Poiré apparaît à la fin des Visiteurs et également en tant que photographe qui s'écrie « splendiiide » dans Les Anges gardiens.

* Yves Robert est également un spécialiste du caméo : photographe au mariage dans Ni vu... Ni connu..., chef d'orchestre dans Le Grand Blond avec une chaussure noire et sa suite, homme dans l'ascenseur dans Le Jumeau, automobiliste furtif dans Le Bal des casse-pieds.

* Martin Scorsese est aussi un habitué des caméos, parfois de petits rôles : dans Taxi Driver, il joue même deux caméos : le rôle d'un client de taxi expliquant qu'il va tuer sa femme et celui d'un homme regardant Cybill Shepherd sortant de son travail. À l'origine, Scorsese ne devait interpréter que l'homme regardant Shepherd, et celui de l'homme envisageant de tuer sa femme devait être joué par un acteur qui ne put tourner. Scorsese le remplaça ; dans Casino, on le voit dans la salle où l'argent est compté ; dans After Hours, il apparaît dans une discothèque ; dans Gangs of New York, il joue le rôle d'un nanti ... Il fait parfois participer sa mère ou son père.

* M. Night Shyamalan n'hésite pas à écrire pour lui-même des scènes certes courtes mais assez marquantes puisqu'il s'y donne souvent des rôles négatifs : dealer dans Incassable, chauffard assassin dans Signes, médecin dans Sixième Sens ... On est ici à la limite entre le caméo et le vrai rôle. Il est aussi présent dans Le Village, où il joue le rôle d'un garde forestier, mais son visage n'est pas filmé : on ne le voit que dans le reflet d'une vitre. Dans Phénomènes, on entend sa voix dans le téléphone de l'héroïne et dans La Jeune Fille de l'eau, il incarne le rôle d'un des voisins de l'immeuble.

* Steven Spielberg, lui aussi, apparaît dans ses films, ou ceux d'autres réalisateurs : un touriste à l'aéroport dans Indiana Jones et le Temple maudit, l'homme sur la chaise électrique dans Gremlins, un mangeur de pop-corn dans Jurassic Park 2, un receveur d'impôts dans The Blues Brothers de John Landis ou son propre rôle dans Austin Powers dans Goldmember. Le réalisateur fait par ailleurs un caméo involontaire et presque indécelable dans son film Duel où, dans une scène, on peut apercevoir son reflet dans la vitre d'une cabine téléphonique.

* Sylvester Stallone se fait bousculer dans la rue par John Travolta dans Staying Alive, qu'il réalise.

* Oliver Stone fait une brève apparition dans le film Wall Street en tant que courtier en train d'acheter des actions par téléphone. On le retrouve également dans Platoon, où il campe un officier américain en plein briefing dans un bunker qui est sur le point de se faire détruire par un soldat nord-vietnamien kamikaze.

* Quentin Tarantino apparaît dans la plupart des films qu'il réalise, comme dans Pulp Fiction, où il tient le petit rôle de Jimmie Dimmick, dans Jackie Brown, où il est une voix off, ou dans Reservoir Dogs où il joue Mr Brown . Il joue également le barman dans la première partie de Boulevard de la mort et un militaire fou dans "Planète Terreur" (réalisé par Robert Rodriguez). Pour finir, Quentin Tarantino apparaît brièvement dans Inglourious Basterds où il interprète le premier nazi se faisant scalper et où ce sont ses mains qui étranglent Hammersmark.

* Pierre Tchernia, qui a réalisé Le Viager y apparaît en tant que journaliste télé. Il apparaît également dans d'autres films : Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre ou La Belle Américaine, qu'il co-réalisa avec Robert Dhéry.

* François Truffaut, acteur principal de plusieurs de ses propres films, apparaît brièvement dans Les Quatre Cents Coups où on le voit entrer et sortir de l'attraction foraine, dans L'Argent de poche au volant de sa voiture, dans L'Histoire d'Adèle H.en soldat et au début de L'Homme qui aimait les femmes où on le voit se découvrir devant le passage du corbillard.

* Jaco Van Dormael apparaît brièvement dans Mr Nobody, dans le rôle d'un chômeur brésilien.

* Gus Van Sant apparaît un instant dans son film My Own Private Idaho où on le voit derrière la réception d'un hotel.

* Jacques Tati est un usager du métro parisien dans Les Quatre Cents Coups de François Truffaut .

* Claude Zidi apparaît furtivement dans Ripoux 3 derrière Philippe Noiret lorsque celui-ci est sur le marché.

* Barry Sonnenfeld apparaît en tant que père du garçon aux lunettes dans Les Valeurs de la famille Addams et en tant que locataire de l'ex-appartement de K dans Men in Black II

* Jon Favreau dans le rôle du chauffeur est à la fois acteur et réalisateur dans les films Iron Man et Iron Man 2

* Luc Besson :
* 1981 : L'Avant dernier (court métrage) de Luc Besson : Le monstre de la fin (non crédité)
* 1984 : Ne quittez pas de Sophie Schmit : Le pompier #2
* 1985 : Subway de Luc Besson : Conducteur de RER (non crédité)
* 1988 : Le Grand Bleu de Luc Besson : Un plongeur (non crédité)
* 2000 : Taxi 2 de Gérard Krawczyk : Le propriétaire du bateau (non crédité)
* 2010 : From Paris with Love de Pierre Morel : l'homme qui sort de sa voiture (non crédité)




Dernière édition par Helena Bonham le Sam 30 Oct - 3:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Bonham
Réalisatrice
avatar

Messages : 496
Date d'inscription : 24/10/2010
Age : 38

MessageSujet: Re: [Caméo]Réalisateurs   Sam 30 Oct - 2:52

Liste des caméos d'Alfred Hitchcock

Les Cheveux d'or (The Lodger - 1926) : Alfred Hitchcock apparaît deux fois
▫ au début du film, assis de dos dans le bureau d'un journal.
▫ Puis durant les dix dernières minutes, le deuxième badaud, qui porte une casquette, en partant de la droite, lorsque la police arrête le colocataire.


Laquelle des trois ? (The farmer's wife - 1928): un spectateur trapu en chapeau melon et pardessus clairs, aligné devant la meute de chiens, au départ de la chasse à courre. on le voit tête baissée. (identification incertaine)

Chantage (Blackmail - 1929) : assis de face, sur la gauche, dans le métro, un attaché-case sur les genoux et un livre dans les mains, il est perturbé par un enfant qui l'empêche de lire tranquillement.

Meurtre (Murder - 1930) : à la 60e minute, il passe dans la rue devant la maison du meurtre.

À l'est de Shanghaï (Rich and Strange - 1932)

Numéro dix-sept (Number Seventeen - 1932)

Le Chant du Danube (Waltzes from Vienna - 1934)

L'Homme qui en savait trop (The Man who Knew Too Much - 1934)

Les 39 Marches (The 39 Steps - 1935) : à la 7e minute, dans la rue, il croise Robert Donat et Lucie Mannheim qui sortent du théâtre et montent dans le bus.

Quatre de l'espionnage (The Secret Agent - 1936): en habit clair, dans l'arrière-plan, parmi les passagers, il débarque de la Suisse en même temps que le héros Ashenden.

Agent secret (Sabotage - 1936): un passant à silhouette massive avec imperméable et chapeau clairs s'éloignant de dos, sur le trottoir. Il s'écarte pour laisser passer Verloc qui vient de sortir de la voiture pour regagner son domicile. (difficile à repérer)

Jeune et innocent (Young and Innocent - 1937) : photographe de presse avec casquette (sa corpulence contrastant avec l'appareil de photo minuscule qu'il tient dans une main) en attente à la sortie du tribunal.

Une femme disparaît (The Lady Vanishes - 1938) : avance de profil, chapeau d'une main et une valise (de taille ridicule) dans l'autre, fumant une cigarette et haussant des épaules, à la fin du film, sur un quai de métro à Victoria Station à Londres.

La Taverne de la Jamaïque (Jamaica Inn - 1939)

Rebecca (Rebecca - 1940) : vers la fin du film, il passe derrière George Sanders et le policeman qui l'a interpellé.

Correspondant 17 (Foreign Correspondent - 1940) : à la 5e minute, il lit le journal dans la rue, lorsque qu'il croise Joel McCrea quittant l'hôtel.

Soupçons (Suspicion - 1941) : à la 45e minute, il poste une lettre.

Joies matrimoniales (Mr. and Mrs. Smith - 1941) : il croise Robert Montgomery dans la rue, en face de son immeuble.

Cinquième Colonne (Saboteur - 1942) : Pour le tournage de sa petite scène il demande à Carol Stevens, sa secrétaire de l'époque, de jouer ce qu'il a mis au point. Norman Lloyd, l'interprète du saboteur, se souvient : « Ils devaient jouer des sourds et muets marchant dans la rue. Hitchcock devait utiliser la langue des signes et Stevens devait le gifler en retour car il lui aurait fait une proposition peu convenable ». La scène est alors tournée mais n'est pas retenue car les dirigeants du studio ne trouvent pas correct de donner une telle image des personnes handicapées. Il se résigne finalement à faire une simple apparition visible à la 55e minute dans une rue de New York lorsque la voiture des comploteurs s'arrête près d'un kiosque à journaux.

L'ombre d'un doute (Shadow of a Doubt - 1943) : à la 16e minute, dans le train pour Santa Rosa, de dos, il joue aux cartes (sa main contient tous les piques).

Lifeboat (Lifeboat - 1943) : dans un huis-clos où n'apparaissent que neuf personnes, Hitchcock trouve le moyen d'apparaître en photo (silhouettes avant et après) dans la publicité pour un régime amaigrissant Reduco (il en suivait un au moment du tournage) d'un journal trouvé dans le canot de sauvetage et lu par William Bendix.

La Maison du docteur Edwardes (Spellbound - 1945) : vers la 40e minute, il sort de l'ascenseur bondé de l'Empire Hotel, en fumant un cigare et avec un étui à violon.

Les Enchaînés (Notorious - 1946) : à la 60e minute, invité, à la grande réception organisée chez Alex Sebastian, il boit du champagne (clin d'œil : dans la cave, le MacGuffin est dissimulé dans des bouteilles de Pommard 1934).

Le Procès Paradine (The Paradine Case - 1947) : il descend du train à Cumberland Station, portant sous le bras droit un étui à violoncelle.

La Corde (The Rope - 1948):
▫ au tout début du film, après le générique : il marche sur le trottoir accompagné d'une dame et tenant dans sa main un journal.
▫ une enseigne au néon clignotante, qui apparaît à travers la baie vitrée entre les personnages joués par Douglas Dick et Joan Chandler au moment où les convives prennent congé, vers la 53e minute, reproduit le profil qui sera plus tard rendu célèbre par la série télévisée Alfred Hitchcock présente. Le mot « Reduco », quasiment illisible, figure sous l'enseigne (cf. caméo de Lifeboat).

Les Amants du Capricorne (Under Capricorn - 1949) : Alfred Hitchcock apparaît deux fois
▫ lors de la réception donnée par le gouverneur, de dos, tête légèrement tournée, sur le côté de l'écran (de l'autre un soldat en uniforme rouge), en haut-de-forme et habit clair.
▫ puis sur les marches de l'escalier du palais du gouverneur, posté en arrière-plan: habit noir et haut-de-forme clair. Un attelage passe au premier plan.

Le Grand Alibi (Stage fright - 1950) : marche nu-tête dans la rue et se retourne sur Jane Wyman qui est passée en parlant toute seule.

L'Inconnu du Nord-Express (Strangers on a Train - 1951) : à la 5e minute, à la gare de Metcalf, il s'apprête à monter dans le train avec un étui à contrebasse, tandis que Farley Granger en descend avec une valise.

La Loi du silence (I Confess - 1953) : à la fin du générique, au début du film, sa silhouette traverse le haut d'un grand escalier de rue (en l'occurrence, l'escalier Casse-cou, reliant la rue Sous-le-Fort et la Côte de la Montagne, à Québec).

Le crime était presque parfait (Dial M for Murder - 1954) : à la 13e minute, faute de pouvoir apparaître en mouvement dans une intrigue presque entièrement en huis clos, il fait tout de même une apparition statique, sur la photo de classe collée au mur, que Tony Wendice montre au prétendu capitaine Lesgate, parmi les anciens élèves attablés en compagnie dudit Wendice et de C.A. Swan. Il est attablé de profil à gauche, la tête tournée vers l'objectif.

Fenêtre sur cour (Rear Window - 1954) : au début du film, dans l'appartement du pianiste, il remonte la pendule.

Mais qui a tué Harry ? (The Trouble with Harry - 1955) : vers la 20e minute, il passe rapidement sur la gauche de l'image, devant la limousine de l'acheteur de tableaux, à l'exposition en plein air de John Forsythe.

La Main au collet (To Catch A Thief - 1955) : à la 10e minute, Cary Grant, en fuite et monté dans un bus, se retrouve assis sur la banquette du fond, entre le réalisateur, à sa droite, l'air sévère, qu'il regarde avec méfiance et une cage aux oiseaux à sa gauche qu'une vieille dame, assise à droite, regarde intriguée.

L'homme qui en savait trop (The man who knew too much - 1956) : à gauche de l'écran, de dos, dans la foule qui regarde des acrobates au marché de Marrakech.

Le Faux Coupable (The Wrong Man - 1956) : il parle dans le prologue (c'est le seul film où il parle). [Il passe, venant de la gauche, derrière Henry Fonda attablé pour manger, le regard tourné et baissé vers lui. Cette scène a été supprimée pour conserver au film un aspect documentaire].

Sueurs froides (Vertigo - 1958) : à la 11e minute, il passe devant l'entrée du chantier naval, portant un étui à clairon.

La Mort aux trousses (North by Northwest - 1959) : à la 3e minute, juste après le générique, il court pour rattraper un autobus qui referme ses portes sous son nez.

Psychose (Psycho - 1960) : à la 6e minute, à travers la baie vitrée du bureau où travaille Marion Crane, on le voit de trois-quarts se tenir sur le trottoir, coiffé d'un chapeau texan.

Les oiseaux (The Birds - 1963) : au début du film, il sort de l'oisellerie avec deux Scottish Terriers en laisse (les siens, pour l'anecdote) et croise Mélanie qui y entre.

Pas de printemps pour Marnie (Marnie - 1964) : à la 5e minute, sort de sa chambre d'hôtel, pénètre dans un couloir après que Marnie y est passée.

Le Rideau déchiré (Torn Curtain - 1966) : à la 4e minute, assis dans le hall de l'Hôtel d'Angleterre, il berce un bébé sur ses genoux. Dans un second plan, immédiatement après, le bébé n'est plus là et Hitchcock essuie son pantalon. on est supposé deviner pourquoi !

L'Étau (Topaz - 1969) : à la 30e minute, il est poussé sur un fauteuil roulant à l'aéroport par une infirmière (qui n'est autre que Peggy Robertson, son assistante de longue date), se lève sans difficulté pour serrer la main d'un homme, et disparaît du champ.

Frenzy (Frenzy - 1972) : à la 3e minute, chapeau melon sur la tête, près du parapet de la Tamise (où flotte un corps), en retrait de la foule qui écoute un discours politique auquel il semble indifférent. Il fait partie des curieux qui essaieront de voir le cadavre repêché.

Complot de famille (Family Plot - 1976) : à la 41e minute de ce qui sera son dernier film, son profil apparait en ombre chinoise derrière une porte vitrée, ironiquement celle du bureau des "Certificats de naissances et de décès" (département des statistiques démographiques), démontrant ainsi l'humour noir dont le réalisateur savait faire preuve alors qu'il était à cette époque très affaibli par la maladie.

Apparitions posthumes

Psychose II (Psycho II - 1983) : dans une chambre vide du motel Bates, l'ombre de la silhouette d'Hitchcock apparaît furtivement sur un placard avant que la lumière ne la fasse disparaître.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Caméo]Réalisateurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» John Lasseter et les réalisateurs de Pixar honorés d'un Lion d'Or à Venise pour l'ensemble de leur carrière.
» Quizz N°5: Les réalisateurs
» Les réalisateurs anglophones
» Vos Réalisateurs Favoris.
» Récapitulatif [Producteurs, Scénaristes, Réalisateurs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
123Cinema :: Coulisses Du Film :: Coulisses Du Film-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit